DE

FR

IT

Édition 19/2021

Formation professionnelle initiale

Déclaration d’engagement concernant la date de publication des places d’apprentissage

Les partenaires de la formation professionnelle ont adopté une déclaration d’engagement concernant les principes relatifs au processus d’accompagnement du choix professionnel et à l’attribution des places d’apprentissage. L’un de ces principes veut que les places d’apprentissage vacantes soient mises au concours au plus tôt en août de l’année précédant l’entrée en formation. Avec cette déclaration d’engagement, les partenaires de la formation professionnelle entendent ouvrir la voie à un processus d’accompagnement du choix professionnel et de recrutement consciencieux et coordonné dans le temps.
Davantage d’informations

Quand "être du coin" permet d’accéder à une place d’apprentissage

Pour sélectionner le "bon" apprenti, certaines PME s’appuient sur le "capital d’autochtonie" des candidats plutôt que sur les critères habituels tels que les résultats scolaires, l’âge, la motivation ou encore le savoir-être. Présentée dans la revue Transfert, cette analyse se fonde sur une étude qualitative menée en Suisse romande par la HEFP. Ainsi, près d’un tiers des entreprises interrogées, notamment des PME en zone rurale, disent avoir favorisé des jeunes appartenant à leur propre réseau de proximité, habitant la même région ou engagés dans la vie locale. Cette manière de faire limite certains problèmes, comme les ruptures d’apprentissage. Elle permet aussi d’intégrer les élèves plus faibles, les jeunes d’origine immigrée ou issus des classes populaires, ou encore les filles, que les critères traditionnels auraient pu exclure.

Un contrat d’apprentissage sur quatre est résilié prématurément

En été 2016, près de 53'600 personnes ont entamé une formation professionnelle initiale. Depuis, 21% d’entre elles ont été touchées par une résiliation anticipée de leur contrat d’apprentissage (rapporté au nombre total de contrats, le taux de résiliation atteint même 26%). Toutefois, 80% des jeunes confrontés à une telle rupture ont recommencé un apprentissage par la suite. Le taux de réentrée en formation se révèle moins bon pour l’AFP (60%) que pour le CFC (82%). Parmi les quelque 54'400 jeunes qui ont entamé un apprentissage durant l’été 2015, 90% ont obtenu, cinq ans et demi après le début de leur formation, un titre au sein du système de la formation professionnelle initiale. Ces résultats proviennent de l’OFS.

Flexibilisation de la formation professionnelle

Les possibilités de flexibilisation sont encore trop peu connues des OrTra et des entreprises formatrices. Telle est l’une des principales conclusions du rapport final du projet "La flexibilisation de la formation professionnelle dans l’optique du monde du travail (Flex2B)". Le groupe de projet recommande ainsi de mettre sur pied une plateforme d’échange à bas seuil, destinée à informer les OrTra et les entreprises formatrices. En outre, il préconise de poursuivre, dans le cadre d’un projet commun, le développement du modèle de flexibilisation élaboré par la CSFP. Dans ce contexte, la question de la flexibilisation de la formation pratique et des procédures de qualification devra aussi être prise en compte.

Principes de révision de l’enseignement de la culture générale

Le projet "Culture générale 2030" a pour objectif d’ajuster l’enseignement de la culture générale dispensé dans le cadre de la formation professionnelle initiale aux exigences de la société et du marché du travail de demain. Fin octobre 2021, la CTFP (Conférence tripartite de la formation professionnelle) a approuvé les principes et le planning de révision des prescriptions. Ces principes se fondent d’une part sur les objectifs de la LFPr ainsi que de l’ordonnance du SEFRI et, d’autre part, sur les recommandations de l’étude "Culture générale 2030 dans la formation professionnelle initiale" et les conclusions de deux groupes de discussion.
Davantage d’informations

Championnat suisse d’entrepreneuriat

Un championnat suisse d’entrepreneuriat se tiendra pour la première fois en 2022. Les jeunes professionnels intéressés peuvent s’inscrire dès à présent. Pour y participer, il faut être né en 1999 ou après; les candidats doivent aussi effectuer ou avoir terminé un apprentissage, ou étudier dans une HES ou une ES. Les trois équipes gagnantes recevront leurs médailles lors des SwissSkills 2022. L’équipe classée première aura la possibilité de participer aux EuroSkills 2023. Ce championnat est organisé par la Communauté d’intérêts EntrepreneurSkills, le Centre de formation professionnelle d’Olten, l’association soleuroise de promotion économique GZS Gründungsdienstleistungen, la Conférence suisse des directrices et directeurs d’écoles professionnelles et l’association faîtière FH Suisse.
Davantage d’informations

Hôtellerie-intendance: nouvelles formations professionnelles initiales prévues

Les associations professionnelles OrTra Intendance Suisse et Hotel & Gastro formation Suisse développent les nouvelles formations professionnelles initiales d’employé/e en hôtellerie-intendance AFP et de spécialiste en hôtellerie-intendance CFC. Ces dernières remplaceront les quatre formations professionnelles initiales suivantes: employé/e en hôtellerie AFP, employé/e en intendance AFP, spécialiste en hôtellerie CFC et gestionnaire en intendance CFC. Selon l’organe responsable, il est prévu que les nouvelles ordonnances entrent en vigueur le 1er janvier 2023, voire 2024.

NE: la voie duale poursuit son essor

À la rentrée 2021/2022, le canton de Neuchâtel comptait quelque 5400 contrats d’apprentissage en cours, dont 4224 en mode dual, soit 78,2%. Ces résultats confirment la tendance à la hausse du taux de dualisation depuis plusieurs années (+2,8 points de pourcentage par rapport à 2020; +10 points depuis 2015), attestant l’efficacité des mesures visant à encourager la formation professionnelle, notamment duale. Par ailleurs, 642 attestations de cours de formateur/trice en entreprise ont été délivrées en 2020. Ce chiffre, encore jamais atteint, démontre l’engagement des entreprises pour former la relève. Dans leur point de presse sur la rentrée du secondaire II, les représentants cantonaux ont également abordé la formation générale et l’éducation numérique.
Davantage d’informations

VD: enquête sur le travail des commissaires professionnels

Sur mandat du canton de Vaud, la HEFP a interrogé 20 commissaires professionnels sur différents aspects de leur activité: tâches quotidiennes, processus de travail, motivations, défis, etc. L’enquête s’est aussi penchée sur les difficultés rencontrées. Aux dires de ces responsables, il serait difficile de procéder à un contrôle global de la qualité de la formation pratique en entreprise. Par ailleurs, leur travail ne serait pas toujours reconnu et plusieurs d’entre eux s’occuperaient d’un nombre excessif d’apprentis. Le rapport formule une série de recommandations pour consolider, voire améliorer la qualité du système de surveillance et de l’accompagnement de la formation professionnelle. L’une d’entre elles consiste à développer des outils afin de soutenir le travail des commissaires professionnels.
Davantage d’informations

Formation professionnelle supérieure et continue

Planification des travaux ES: plan d’études cadre en consultation

Le plan d’études cadre pour les filières de formation des écoles supérieures "Planification des travaux" avec le titre protégé de technicien/ne diplômé/e ES en planification des travaux est en procédure de consultation depuis le 28 octobre 2021. Le titre reste inchangé. "Planification des travaux" aura son propre plan d’études cadre et ne sera plus une orientation du plan d’études cadre "Technique". Les spécialisations architecture, génie civil et architecture d’intérieur ne sont plus mentionnées. Les organes responsables sont composés de plusieurs associations actives dans les domaines de l’architecture et du génie civil. Le plan d’études cadre correspondant est disponible sur le site Internet du SEFRI.

Management textile et mode ES: plan d’études cadre en consultation

Le plan d’études cadre pour les filières de formation des écoles supérieures "Management textile et mode" est en procédure de consultation depuis le 29 octobre 2021. Le titre protégé d’économiste diplômé/e en textile ES sera rebaptisé manager diplômé/e en textile et mode ES. L’organe responsable est la Schweizerische Textilfachschule Genossenschaft. Le plan d’études cadre correspondant est disponible sur le site Internet du SEFRI.

Brevets et diplômes fédéraux: approbations

Les règlements suivants, dont les titres n’ont pas changé, ont été approuvés par le SEFRI:

  • Agent/e de processus (BF)

  • Spécialiste en finance et comptabilité (BF)

  • Expert/e diplômé/e en finance et en controlling (DF)

Les règlements sont disponibles dans la liste des professions du SEFRI.

Formation générale et hautes écoles

Les abandons de doctorats sont fréquents

Comme le rapporte le St. Galler Tagblatt, les chiffres concernant les abandons de doctorats ne sont pas recensés de manière systématique. Certaines universités disposent toutefois de données à ce sujet. Sur les 1254 personnes qui ont commencé en 2016 un doctorat à l’Université de Zurich, 231 ont abandonné en 2021, soit 18,4%. À l’EPFZ, le taux d’abandon sur la même période est de 12,2%. Beaucoup jettent l’éponge dès la 1re année. Les raisons sont multiples: salaire, tâches, supervision lors de la rédaction de la thèse ou encore forte concurrence pour les rares postes disponibles à l’université après le doctorat.

BE: master HES in Circular Innovation and Sustainability

En automne 2022, la Haute école spécialisée bernoise proposera un master in Circular Innovation and Sustainability. Donné en anglais, le programme alliera compétences en économie d’entreprise et connaissances technico-écologiques liées aux cycles de production et à la gestion durable des ressources naturelles. Conditions d’admission: bachelor dans les domaines de l’économie, des sciences naturelles ou de la technique, ébauche d’un projet pratique et entretien d’aptitude.
Davantage d’informations

FR: bachelor en sciences de la communication

À la rentrée d’automne 2022, l’Université de Fribourg lancera un bachelor en sciences de la communication. Ce cursus offrira des débouchés dans divers domaines: communication stratégique, politique ou institutionnelle, journalisme, gestion et politique des médias ou encore analyse des médias. Le programme d’études sera composé d’une branche principale (90 crédits ECTS) et de deux branches secondaires (60 et 30 crédits ECTS), à choisir dans d’autres disciplines. Il y aura une filière en français et une autre en mode bilingue (français-allemand).
Davantage d’informations

GE: chiffres du décrochage scolaire

À Genève, le taux de décrochage scolaire a sensiblement reculé, selon les indicateurs mis à jour par le Service de la recherche en éducation (SRED). Durant l’année 2019/2020, 3,7% des élèves du secondaire II, soit 846 jeunes, ont interrompu leur formation prématurément (2018/2019: 4,8%, soit 1100 jeunes). Selon le SRED, cette baisse du taux de décrochage s’explique en partie par la situation pandémique, notamment par l’ajustement des conditions d’évaluation. Par ailleurs, la dynamique enclenchée par la mise en place, en 2018, de la formation obligatoire jusqu’à 18 ans se confirme. Ainsi, seuls 35 élèves mineurs ont décroché (soit 0,3%), mais le décrochage continue à se déplacer vers les plus de 18 ans (811 décrocheurs, soit 7,7% des élèves adultes).
Davantage d’informations: communiqué de presse, synthèse des résultats

ZH: nouveau modèle d’études à la Haute école des arts

La Haute école des arts de Zurich (ZHdK) introduit progressivement un nouveau modèle d’études (majeure-mineure). Les étudiants peuvent compléter leur majeure par diverses mineures. Cette dernière détermine le titre du diplôme. Au niveau bachelor, les mineures sont choisies dès la 2e année; au niveau master, elles commencent au début des études. Toutes les mineures seront ouvertes à partir de 2023. Sur son site Internet, la ZHdK propose une vue d’ensemble de ces disciplines.

Orientation

Un jeu en ligne donne les clés pour trouver un apprentissage

La plateforme ParCours prépare les jeunes romands à leur recherche d’une place d’apprentissage ou d’un premier emploi. Conçue comme un jeu vidéo, elle permet aux participants de se frotter aux différentes étapes de la prospection et de la postulation à travers des quiz divertissants. Les deux premiers modules disponibles concernent la candidature et les outils informatiques. Ils seront complétés par d’autres thématiques. ParCours est disponible en libre accès et a été lancée par la fondation genevoise Qualife
Davantage d’informations: Tribune de Genève

Colloque 2022 de l’ASOU sur le thème de la mobilité

Le prochain colloque annuel de l’Association suisse pour l’orientation universitaire (ASOU) sera placé sous le signe de la mobilité. La manifestation se tiendra les 27 et 28 janvier 2022 à l’Université de Genève. La première journée sera consacrée à la mobilité dans ses différentes dimensions (physique, mentale, sociale et intergénérationnelle). Lors de la deuxième journée, plusieurs intervenants présenteront l’Uni et ses filières (relations internationales, traduction et interprétation, etc.), mais aussi certaines formations spécifiques à la HES-SO Genève (International Business Management ou encore information documentaire).
Programme et inscription

Marché du travail

Le taux de chômage continue sa décrue

Le nombre de chômeurs continue de baisser en Suisse: entre janvier et octobre 2021, le taux de chômage est passé de 3,7 à 2,5%, retrouvant ainsi son niveau d’avant la pandémie. À fin octobre, 116'733 personnes étaient inscrites auprès des ORP, soit 3561 de moins que le mois précédent. Par rapport au mois correspondant de l’année précédente, le chômage a diminué de 21,7% (-32'385 personnes). Toutes les classes d’âge sont concernées. Le nombre de personnes au chômage partiel a aussi fortement baissé, passant de 1'000'000 au printemps 2020 à moins de 60'000 aujourd’hui.
Communiqué de presse

Conséquences de la pandémie sur le marché du travail

Éditée par Avenir Suisse, la publication "En pleine forme? Les conséquences de la pandémie de coronavirus sur le marché du travail suisse" examine les répercussions économiques et sociales de la crise sanitaire. Elle montre que l’augmentation du taux de chômage est restée modérée en 2020 (+0,8 point de pourcentage) et que le taux d’activité n’a baissé qu’à court terme pendant le premier confinement. Durant cette période, un bon quart des salariés ont été touchés par le chômage partiel. En 2020, le volume de travail (nombre effectif d’heures travaillées) a diminué de 3,7%, soit nettement plus que lors des précédentes crises économiques. La pandémie a frappé plus durement les salariés disposant de bas revenus, les jeunes adultes et les indépendants. Elle a également mis en évidence le fait que les femmes sont davantage tributaires des bouleversements sur le marché du travail que les hommes.

De nombreux secteurs se plaignent d’une pénurie de travailleurs qualifiés

Selon les dernières enquêtes conjoncturelles du KOF (octobre 2021), les affaires des entreprises suisses continuent de s’améliorer. Le fossé qui s’était creusé entre les secteurs à la suite de la pandémie se comble progressivement. Cependant, de nombreuses branches rencontrent des problèmes d’approvisionnement en produits intermédiaires et se plaignent d’une pénurie de travailleurs qualifiés.
Communiqué de presse

Enquête: les entreprises accordent peu de valeur aux certificats de travail

La pertinence des certificats de travail est limitée en raison des exigences légales, des codes en vigueur et des éléments standard dans ce type de textes. Une enquête menée par la société von Rundstedt auprès de 950 spécialistes et responsables RH montre que 46% des sondés accordent peu de valeur aux certificats de travail. Près de 60% sont même d’avis que l’effort fourni pour les rédiger dépasse l’utilité du document. Par ailleurs, comme le rapporte la NZZ am Sonntag, certaines entreprises telles que Swisscom n’exigent plus que le C.V., voire le profil LinkedIn lors des candidatures.

Enquête sur la situation du personnel des EMS

Plus de 80% des membres du personnel de soins et d’accompagnement dans les EMS suisses se disent plutôt, voire très satisfaits de leur travail, sauf concernant le salaire. En revanche, 21% envisagent de changer de domaine d’activité. Par ailleurs, une part non négligeable déclare avoir des problèmes de santé et des difficultés à concilier vie privée et vie professionnelle. Publiés par l’Observatoire suisse de la santé, ces résultats sont tirés d’une enquête menée entre 2018 et 2020 dans les EMS romands et alémaniques. La tendance à changer de branche est inquiétante compte tenu du besoin grandissant de personnel et des difficultés de recrutement dans ce secteur (cela concerne notamment les soignants de niveau tertiaire).

Retour en haut