Edition 01 | 2017

ORIENTATION

Questionnaire en ligne pour les adultes

Clarifier les besoins en orientation

Lancé il y a deux ans en Suisse romande, le questionnaire en ligne ADOR s’adresse aux adultes et propose d’analyser leurs besoins en orientation. Évalué par l’Université de Lausanne, cet outil est actuellement mis à jour et complété par un guide pour les conseillers en orientation.

Par Ingrid Rollier, rédactrice de PANORAMA

Le questionnaire ADOR (analyse de la demande d’orientation) a pour objectifs de clarifier les besoins des adultes en matière d’orientation et de les diriger vers les services adéquats. En deux ans, la plateforme a comptabilisé 54'000 accès. Quelque 10'000 personnes ont rempli la première partie du test, composée de quatre questions qui visent à opérer un premier tri: distinguer le besoin en information des besoins d’un conseil en orientation. À ce stade, environ un quart des demandes sont dirigées vers des ressources d’information, par exemple des pages ciblées d’orientation.ch. Environ trois quarts des personnes ont poursuivi le questionnaire, plus approfondi, qui affine la nature des besoins en orientation en 54 questions. Près de 5000 personnes ont terminé le questionnaire et obtenu le rapport de huit pages, fourni gratuitement, avec la cartographie de leurs besoins. Presque tous les bénéficiaires ont ensuite effectué la troisième étape d’ADOR: la prise de rendez-vous avec un conseiller ou une conseillère en orientation.

Répertorier tous les profils

Initié par la Conférence latine de l’orientation, ADOR a été élaboré par un groupe de conseillers en orientation représentant les cantons romands et connaissant bien le conseil aux adultes. L’objectif était de construire un questionnaire qui couvre la majorité des domaines intervenant dans un processus d’orientation et qui permette de classer les profils des usagers. «ADOR n’est pas un test d’intérêts ou de personnalité, mais un moyen de décrypter les besoins possibles», souligne Vincent Risse, chef du projet et conseiller en orientation à Fribourg. Cinq grandes dimensions ont été retenues et découpées en 28 échelles (voir encadré). À côté des questions liées à la connaissance de soi et du milieu, un accent particulier a été mis sur la disposition au changement, une dimension essentielle pour la concrétisation des démarches. Le groupe a aussi opté pour des questions spécifiques évaluant la satisfaction au travail, un critère souvent déterminant dans la motivation des adultes face à un changement. Vincent Risse rappelle que ces deux dimensions s’inscrivent dans un paradigme actuel de la psychologie de l’orientation: le life designing, qui privilégie une approche globale poussant l’individu à être acteur du changement. Le projet romand a suscité l’intérêt de la Conférence suisse des directrices et directeurs de l’orientation professionnelle, universitaire et de carrière et donné lieu à une traduction en allemand. Le questionnaire traduit est actuellement testé outre-Sarine par un groupe de travail.

Validation du processus

Une évaluation menée en 2016 par l’équipe du professeur Jérôme Rossier, de l’Institut de psychologie de l’Université de Lausanne, a validé le modèle avec de bons indices de qualité. Le rapport atteste la fiabilité du questionnaire, la valeur des typologies proposées et le bon découpage des besoins. Il propose quelques améliorations qui renforcent la pertinence des questions. Ces recommandations ont été retenues et les adaptations sont en cours: reformulations, ajout de questions (par exemple sur le sentiment d’efficacité), modification ou suppression de certaines échelles. Les chercheurs réaliseront aussi un guide facilitant l’exploitation des résultats par les conseillers en orientation. La dernière partie du questionnaire est gérée de manière cantonale: chaque canton est libre de formuler des questions supplémentaires et/ou d’échanger avec la personne sollicitant un entretien d’orientation. Avec l’accord de cette dernière, le rapport d’analyse est adressé au conseiller ou à la conseillère. Vincent Risse intègre cet outil lors du premier entretien: «Je cherche à savoir comment le consultant a perçu le questionnaire, les difficultés qu’il a rencontrées et la prise de conscience qu’il a acquise de ses besoins. Les données recueillies complètent ma propre analyse de la demande et me permettent de mieux cibler les priorités de mon intervention, d’entente avec le demandeur», précise-t-il.

Liens et références bibliographiques

www.ador-online.ch

Encadré

Les dimensions

Le questionnaire porte sur cinq dimensions et 28 échelles, caractérisant la typologie des besoins en orientation:
– Connaissance de soi: intérêts, valeurs, qualités
– Connaissance du milieu: système de formation, marché de l’emploi, autonomie
– Disposition au changement: bien-être, ouverture, optimisme
– Mise en œuvre du projet: soutien, méthode, motivation, sentiment d’efficacité
– Satisfaction au travail: revenu, variété, sécurité, ambiance de travail, avancement, sentiment d’utilité, défi, compatibilité avec la vie privée, autonomie, clarté des tâches, statut social, reconnaissance, gestion du stress, réussite professionnelle, environnement de travail

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

Le prochain numéro paraîtra le 19 juin. Focus: Slashing