Edition 04 | 2014

TRAIT D'HUMOUR

Métiers d’avenir

Pavoiseur, pavoiseuse CFC

Il y a une vingtaine d’années, on n’avait pas coutume d’«annoncer la couleur». Par exemple, les autorités allemandes hissaient seulement les drapeaux pendant les «jours officiels de pavoisement». La situation a bien évolué.

Par Peter Kraft

(Illustration: Andrea Lüthi)

(Illustration: Andrea Lüthi)

Les drapeaux de pays ou d’associations sportives sont omniprésents dans les quartiers et les jardins familiaux. Les localités arborent des banderoles en fonction des manifestations, que ce soit un festival de films, un giron des musiques ou une fête traditionnelle. Et pour les grands événements, telle la Coupe du monde de football, voitures, poussettes et chiens ne sont pas à l’abri. L’industrie du drapeau est un secteur florissant qui manquait jusqu’ici de personnel qualifié. Cette pénurie va s’atténuer grâce au nouveau métier de pavoiseur et de pavoiseuse, qui compte trois spécialisations. Ces professionnels cherchent des solutions novatrices pour valoriser les drapeaux sans qu’ils dominent l’environnement. Dans l’orientation Evénements, ils planifient leurs taille, emplacement, nombre et disposition. Ils effectuent en outre des travaux administratifs (demandes d’autorisations, etc.) et conseillent les particuliers pour pavoiser maisons et jardins de manière durable ou temporaire. En vertu de l’ordonnance sur la formation, ils visent à ce que «les drapeaux et la zone pavoisée forment une unité naturelle». Dans l’orientation Création, ils sont chargés de la forme des drapeaux, de leur décoration et du texte. Ce sont les créatifs de la branche. Enfin, dans l’orientation Pavoisement officiel, ces spécialistes conseillent la Confédération, les cantons et les communes dans la présentation des symboles nationaux ou régionaux. Pour ces professionnels, le défi sera de trouver le mélange idéal entre représentation et discrétion.

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

Le prochain numéro paraîtra le 23 octobre. Focus: Agilité