Edition 06 | 2016

FORMATION

Étude de l’OFS

Les cantons romands réagissent

Avec un taux moyen de résiliation de contrat d’apprentissage AFP de 35,1%, la région lémanique passe pour le mauvais élève. En effet, la moyenne nationale est de 24,4%. Qu’est-ce qui se cache derrière ces chiffres?

Par Laura Perret Ducommun, rédactrice de PANORAMA

L’Office fédéral de la statistique (OFS) et l’Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle (IFFP) ont analysé pour la première fois les résiliations de contrats d’apprentissage (RCA) pour les AFP (voir PANORAMA 5/2016). La Suisse centrale présente un taux de RCA de 17,3%, contre 35,1% dans la région lémanique (Vaud, Valais et Genève). Pourquoi une telle différence?

D’autres chiffres à Genève et en Valais

Le directeur général de l’Office pour l’orientation, la formation professionnelle et continue (OFPC) de Genève, Grégoire Évéquoz, explique la situation pour son canton: «L’OFS a calculé un taux de RCA de 59%. Ce taux n’a pas été validé par l’OFPC. Les résultats établis par le canton sont de 35%, ce qui correspond à la moyenne romande.» Après analyse, il s’est avéré que les données considérées étaient incomplètes: «Plusieurs apprentis ayant terminé et réussi leur formation après 2014 n’ont pas été pris en compte dans le calcul de l’OFS», poursuit Grégoire Évéquoz. Dans les tableaux statistiques parus avec l’étude, le taux de RCA du canton de Genève n’a pas été publié. Il a en revanche été inclus dans la moyenne de la région lémanique. Celle-ci s’est envolée à 35,1%, alors qu’elle serait proche de la moyenne nationale si elle se limitait aux cantons de Vaud (25,1%) et du Valais (26,4%). En Valais justement, les chiffres publiés sont aussi contestés. «Au cours des dernières années, nous avons dans le canton un taux plus ou moins constant de RCA pour les AFP, qui avoisine les 17%. C’est loin des 26,4% annoncés à la presse», relève Claude Pottier, chef du Service de la formation et de l’orientation professionnelles. Le problème pourrait résulter de certaines spécificités cantonales: «Nous avons opté pour une politique plus restrictive d’admission en AFP. La majorité des jeunes concernés (plus de 80%) sont au bénéfice d’une reconnaissance AI ou issus d’un parcours scolaire non linéaire, parfois en lien avec l’immigration», précise-t-il.

Le point de vue de l’OFS

Les informations statistiques ont été produites par l’OFS sur la base des données livrées par les cantons. Les taux de RCA (établis selon divers critères) ont ensuite été calculés par l’IFFP. «Nous n’avons pas publié de taux de RCA pour le canton de Genève. Cela a été mentionné dans une note au graphique G7 des statistiques de poche», souligne Markus Schwyn, chef de division à l’OFS. «Dans ce canton, nous avons constaté qu’un certain nombre d’apprentis avaient suspendu momentanément leurs apprentissages tout en ayant procédé à une prolongation de leurs contrats. Ces cas n’entrent pas strictement dans le cadre de la publication et leur prise en compte devra être précisée avec le canton de Genève pour la prochaine livraison de données.»

Différentes méthodes de calcul

«Il existe différentes méthodes de calcul des taux de RCA, ajoute Markus Schwyn. L’OFS a choisi une méthode statistique longitudinale qui permet des affirmations claires sur une cohorte. D’autres méthodes ont des objectifs différents et mettent par exemple en relation l’ensemble des RCA avec le nombre total de contrats AFP et CFC sur une année, ce qui conduit à un taux de RCA considérablement plus faible.» La population considérée joue aussi un rôle dans ces résultats, comme le confirme Markus Schwyn: «La composition des apprentis en AFP peut varier d’un canton à l’autre. Cela ne concerne pas seulement le canton du Valais, mais chaque canton et chaque statistique de la formation. C’est un aspect qui doit être pris en compte dans l’interprétation des résultats. Le calcul effectif du taux de RCA n’en est toutefois pas affecté.»

Des résultats utiles au pilotage

Bien que le débat autour des chiffres soit sensible, leur existence représente un important pas en avant pour le pilotage de la formation professionnelle. La prochaine étude nationale, annoncée pour 2017, présentera les taux de RCA pour la première volée des CFC et la deuxième volée des AFP. Il y a fort à parier que les résultats susciteront de nouveau un vif intérêt!

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

Le prochain numéro paraîtra le 25 octobre. Focus: Égalité des sexes