Edition 05 | 2016

FORMATION

Réformes des professions

Compétences environnementales dans tous les métiers

L’Office fédéral de l’environnement s’engage en faveur de l’ancrage dans la formation professionnelle de compétences visant à la protection des ressources naturelles. Au niveau légal, ces compétences sont prescrites dans la formation initiale et sont facultatives dans la formation supérieure. Les organisations du monde du travail peuvent demander un accompagnement dans ce domaine.

Par Beat Bringold, chef de la section Éducation à l’environnement de l’Office fédéral de l’environnement

Le cuisinier, l’économiste bancaire, le droguiste: aucun de ces professionnels n’a de lien direct avec l’environnement, à la différence d’une conseillère en énergie ou d’un spécialiste de traitement des matières premières. Pourtant, leurs décisions et leurs actions au quotidien influent bel et bien sur les ressources naturelles. Le cuisinier connaît-il les différents procédés de fabrication et les labels dans le secteur alimentaire? Comment le droguiste utilise-t-il les substances toxiques? L’économiste bancaire met-elle en avant uniquement des produits financiers conventionnels ou aussi des produits durables? L’Office fédéral de l’environnement (OFEV) s’engage pour que les compétences en matière de protection et d’utilisation durable des ressources naturelles soient intégrées dans les documents de base de la formation professionnelle initiale et de la formation professionnelle supérieure afin que les professionnels disposent du savoir-faire nécessaire.

Le développement durable est un but constitutionnel

L’OFEV se fonde sur la Constitution fédérale, qui fait de la conservation durable des ressources naturelles un but constitutionnel (art. 2) et qui exige que la Confédération et les cantons «œuvrent à l’établissement d’un équilibre durable entre la nature, en particulier sa capacité de renouvellement et son utilisation par l’être humain» (art. 73). Depuis 1997, le Conseil fédéral inscrit ses intentions politiques en matière de développement durable dans une stratégie qui prévoit notamment l’intégration de l’éducation au développement durable à tous les niveaux de formation. La loi fédérale sur la formation professionnelle, entrée en vigueur en 2004, formule des principes directeurs dans la formation professionnelle initiale: «Elle permet notamment à la personne en formation d’acquérir les connaissances et les compétences économiques, écologiques, sociales et culturelles qui lui permettront de contribuer au développement durable.» Les ordonnances et les plans de formation de la formation professionnelle initiale doivent être examinés tous les cinq ans et adaptés si nécessaire en fonction des développements économiques, technologiques et écologiques. Le SEFRI et les organisations du monde du travail (OrTra) sont responsables de l’élaboration de nouvelles ordonnances et de nouveaux plans de formation ou de leur révision. Le SEFRI pilote les processus et édicte les ordonnances, les OrTra définissent les contenus de formation. L’OFEV prend position dans le cadre de la procédure de consultation, afin que les compétences écologiques soient ancrées dans ces documents. Une évaluation de l’OFEV montre qu’une grande majorité de ses propositions sont reprises. De plus en plus souvent, l’OFEV fait des propositions concrètes déjà lors de la première procédure de consultation, et non uniquement à la fin d’une révision. Cette approche renforce la collaboration entre les OrTra et l’OFEV.

Gentlemen’s agreement dans la formation professionnelle supérieure

La situation est quelque peu différente dans la formation professionnelle supérieure. Un gentlemen’s agreement a cours depuis 2014 entre le SEFRI et l’OFEV. L’OFEV est invité aux séances de lancement des futures réformes de professions. Ensuite, comme dans la formation initiale, les organes responsables des examens professionnels, des examens professionnels supérieurs et des plans d’études cadres des écoles supérieures décident si et sous quelle forme ils entendent collaborer avec l’OFEV. Ce dernier propose des conseils à chacune des étapes du processus de réforme ou transmet des contacts. Il peut examiner l’importance de la protection et de l’utilisation économe des ressources naturelles dans la profession concernée; il évalue les besoins et les évolutions sur le marché, les normes en vigueur, les standards et les directives ainsi que les nouvelles technologies écologiques; il définit les compétences professionnelles requises dans le profil professionnel et le profil de qualification. Sur demande de l’organe responsable des examens, l’OFEV prend également position sur le projet de règlement d’examen et sur les directives afférentes.

Utilité économique pour les entreprises

Ces offres sont proposées gratuitement aux organes responsables (également dans la formation professionnelle initiale). Et elles sont utilisées. Une collaboration étroite existe notamment avec les organisations qui considèrent l’élargissement de la liste des compétences non pas comme une charge, mais comme une opportunité, et qui espèrent aussi en retirer un bénéfice: économies de coûts dans les entreprises, adaptations précoces aux futures régulations environnementales et aux changements de souhaits des clients, avantages concurrentiels pour les appels d’offres publics, acceptation dans la société, amélioration de l’image, etc. De plus en plus d’associations professionnelles se laissent convaincre par ces arguments économiques. Certaines OrTra vont même plus loin et sont actives dans la transmission des derniers développements, des lois et des normes les plus récentes. L’OFEV entend lui aussi s’engager davantage dans la mise en œuvre: il fait actuellement développer, dans le cadre d’un projet pilote avec une sélection d’entreprises, un instrument didactique destiné aux responsables de la formation professionnelle. Il prévoit également de soutenir les organes responsables intéressés dans la mise en œuvre des règlements d’examen et des directives, par exemple lors de la formation des experts aux examens ou de la formulation des questions d’examens.

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

Le prochain numéro paraîtra le 25 octobre. Focus: Égalité des sexes