Edition 03 | 2016

Focus "Recherche et évaluation"

Secrétariat d’État à l’économie (SECO)

Priorité à l’évaluation de l’efficacité

Le SECO a défini ses axes de recherche pour la période de 2016 à 2020, qui fixent le cadre en matière de subventionnement des mandats publics de recherche et d’évaluation. Éclairage d’Ursina Jud Huwiler, cheffe du secteur Analyse du marché du travail et politique sociale.

Interview: Christine Bitz, rédactrice de PANORAMA

Ursina Jud Huwiler: «Le paysage scientifique dans le domaine du chômage et du marché du travail s’est bien développé.» (Photo: DR)

Ursina Jud Huwiler: «Le paysage scientifique dans le domaine du chômage et du marché du travail s’est bien développé.» (Photo: DR)

PANORAMA: Comment le SECO gère-t-il la recherche sur le chômage et le marché du travail? Ursina Jud Huwiler: Un mandat, ancré dans la LACI, charge la Commission de surveillance du fonds de compensation de l’assurance-chômage (AC) de subventionner des recherches visant à comprendre les raisons et les origines du chômage. Afin de le concrétiser, un concept cadre de recherche est établi tous les quatre ans environ. Celui-ci ne constitue pas encore un programme en tant que tel mais dessine les axes du champ de recherche. Ces quinze dernières années, le concept cadre s’est concrétisé par trois grands cycles d’évaluation, dont le dernier s’est achevé en 2015.

Quels étaient les objectifs de ces trois cycles d’évaluation?
Les deux premiers cycles, entre 2005 et 2010, ont porté sur le fonctionnement du système ORP. Ce dernier était encore assez jeune lors de leur exécution puisqu’il a été mis en place en 1996. En 2011, lors du lancement du 3e cycle, le service public de l’emploi ainsi que les mesures du marché du travail étaient bien établis et fonctionnaient adéquatement. Ce cycle d’évaluation s’est donc concentré sur le renforcement ciblé du système en visant à détecter les zones potentielles d’amélioration et à identifier les éventuels processus inappropriés.

Quels sont les axes de recherche définis pour les années à venir?
Les axes 2016–2020 comprennent trois niveaux thématiques portant sur des questions concernant: 1) l’économie globale, le marché du travail et la société dans son ensemble; 2) le pilotage du système de l’AC et de sa mise en œuvre; 3) les parcours professionnels, les transitions et l’interaction entre institutions sociales. Aujourd’hui, il y a moins de questions de fond qui se posent à l’égard du système et il n’est pas nécessaire de lancer un programme étendu. Certains thèmes intéressants peuvent par contre être traités dans des recherches ciblées. Nous n’avons volontairement pas défini de priorités dans le concept car nous souhaitons rester assez flexibles pour réagir aux questions d’actualité.

Les cantons ont-ils été impliqués dans la définition de ces thèmes?
Oui. En 2015, nous avons présenté les résultats du 3e cycle d’évaluation aux responsables cantonaux. Nous les avons aussi impliqués dans la définition du nouveau concept cadre de recherche. Lors de la rencontre annuelle ORP-LMMT, nous leur avons donné la possibilité de nous transmettre des idées de recherche concrètes. Plusieurs d’entre elles ont été intégrées dans les axes présentés.

Plus concrètement, sur quoi porteront les prochains mandats de recherche?
En 2016, deux études sur l’efficacité globale du service public de l’emploi seront lancées. Elles permettront d’analyser l’évolution de l’efficacité au cours des quinze dernières années. Ce thème devait être traité en priorité, en sachant qu’une telle évaluation n’avait plus été menée depuis huit ans. L’indemnité en cas de réduction de l’horaire de travail sera aussi évaluée – la dernière étude en la matière remonte à 2005.

À quoi s’intéresse le thème «parcours professionnels et transitions»?
Les phases de chômage sont souvent des périodes marquantes qui, si elles sont prolongées ou répétées, peuvent aboutir à des pertes substantielles de revenu et d’employabilité. L’efficacité des instruments de la politique active du marché du travail en vue de prévenir le chômage de longue durée et les arrivées en fin de droits représente une problématique importante. Dans notre nouveau concept, on met en évidence plusieurs groupes à risques, notamment les jeunes, les travailleurs âgés et les personnes faiblement qualifiées. On s’intéresse aussi à l’interaction entre l’AI et l’aide sociale.

Percevez-vous une évolution dans la manière de mener des recherches dans le domaine du chômage?
Le marché du travail et le chômage suscitent de plus en plus d’intérêt. Ces dix dernières années, de nombreux instituts suisses ont mené des recherches dans ces domaines. Le paysage scientifique s’est bien développé. L’attribution de mandats de recherche a certainement créé une incitation.

Liens et références bibliographiques

SECO (2015): Axes de recherche pour la période de 2016 à 2020. Berne.

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

Le prochain numéro paraîtra le 13 décembre. Focus: Hausse des exigences