Edition 02 | 2016

Focus "Identité numérique"

Ressources humaines

Le recrutement en 2016

La numérisation du quotidien avance à vitesse grand V. Chômeurs, employeurs et services publics, tous sont mis à rude épreuve par les nouveaux médias. Cependant, les compétences nécessaires font quelquefois défaut au sein des ORP.

Par Angelo Ciaramella, responsable Talent Management et Active Sourcing chez Tamedia, conseiller de carrière, en ressources humaines et en communication

Recrutement mobile: les offres d’emploi diffusées sur les réseaux sociaux sont directement visibles sur les smartphones. (Photo: Fotolia/Tanusha)

Recrutement mobile: les offres d’emploi diffusées sur les réseaux sociaux sont directement visibles sur les smartphones. (Photo: Fotolia/Tanusha)

Chez Tamedia, où je travaille, la transformation numérique est visible partout. Elle se reflète non seulement pour beaucoup dans la consommation de médias électroniques mais apparaît aussi dans la recherche de professionnels qualifiés. Les méthodes modernes de recrutement passent de plus en plus par Internet, les réseaux et les plateformes en ligne. L’identité numérique peut se définir comme la représentation de sa propre personne sur la Toile. Elle va au-delà des réseaux sociaux bien connus et englobe aussi les éléments suivants:
- représentation de soi;
- productions et contributions;
- communication et coopération;
- réseau et expression de ses valeurs;
- informations de tiers sur sa propre personne;
- profils générés automatiquement.
Si le processus de sélection et la priorisation des candidatures par les départements RH se font encore, le plus souvent, de manière traditionnelle, les certificats de travail ont de moins en moins de poids. Les compétences comptent aussi plus que le parcours professionnel. Les RH prospectent de nouveaux candidats, annoncent les postes vacants sur les réseaux sociaux, utilisent des plateformes de manière ciblée et gèrent des programmes de recommandation de collaborateurs. La recherche active de talents par mots clés sur des plateformes en ligne augmente fortement. Les annonces de poste sont publiées de manière ciblée sur des portails ou des plateformes où elles s’adressent directement aux candidats potentiels. Il est ainsi possible de concentrer son action et d’atteindre les personnes qui ne sont certes pas à la recherche d’un emploi, mais qui pourraient être intéressées par le poste. Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à créer des réservoirs de talents; elles y réunissent des profils de personnes qui pourraient être intéressants pour des postes futurs. Enfin, le recrutement mobile gagne toujours plus d’importance. Google estime que dès 2017, plus de 50% de nos activités en ligne passeront par le smartphone.

Présence sur Internet incontournable

On pourrait dire, en forçant un peu le trait, qu’un restaurant ou une petite entreprise qu’on ne trouve pas sur Internet n’existent pas. Être présent sur le Web est essentiel pour les prestataires de services, mais aussi pour les individus. Et cette nécessité est loin de concerner uniquement les professionnels actifs dans les technologies de l’information ou les services; le maçon et la fleuriste ont eux aussi avantage à figurer sur Internet. Cet espace commercial au potentiel immense doit être exploité de façon pertinente. Une personne au chômage a d’autant plus intérêt à soigner sa présence sur Internet, à la gérer activement et à la rendre captivante. L’essence de l’identité professionnelle sur Internet est de présenter son savoir-faire de manière à donner envie «d’être acheté» sur le marché du travail. En marketing, on parle d’USP (unique selling propositions) ou d’arguments de vente. La représentation de soi doit subtilement tenir compte de ce marché, tout en restant centrée sur la personne. Beaucoup de personnes pensent à tort qu’elles peuvent s’occuper elles-mêmes de leur candidature ou de leur C.V. en ligne. Certains chômeurs sont peut-être hautement qualifiés, mais leurs connaissances en matière de recherche d’emploi sont obsolètes. Souvent, les lettres de candidature ou les C.V. ne correspondent pas suffisamment aux profils de compétences recherchés. Par ailleurs, les petits détails ont souvent leur importance: par exemple, les adresses comme petitchaton72@hotmail.com ne doivent pas être utilisées lors de la recherche d’emploi!

ORP: formation continue exigée

Les demandeurs d’emploi qui souhaitent gérer leur apparence numérique ne devraient pas hésiter à faire appel à un soutien professionnel. Il existe des conseillers qualifiés dans des agences de carrière spécialisées ou dans des entreprises d’outplacement, dont les compétences numériques peuvent être évaluées de manière critique. Pour un service complet, il faut s’attendre à débourser entre 500 et 1000 francs. Les ORP devraient eux aussi proposer de tels services. Toutefois, comme j’ai pu l’observer dans le cadre de mon activité de conseiller et d’interlocuteur interne pour les questions numériques, il leur manque souvent la proximité au marché et les compétences dans le domaine du digital et des médias sociaux. J’ai d’ailleurs constaté le même phénomène dans des institutions publiques mandatées par les ORP. De mon point de vue, les conseillers ORP doivent suivre des formations continues sur ce thème complexe qu’est l’identité numérique. Les conseillers ORP et les prestataires de mesures du marché du travail devraient impérativement maîtriser les exigences du monde numérique, faute de quoi leurs prestations seront dépassées et inadéquates pour beaucoup de chômeurs et de groupes professionnels. Cette situation s’oppose au principe d’une réinsertion rapide et durable.

Encadré

Comment renforcer votre profil numérique

Vous êtes seul responsable de votre identité numérique. Il est indispensable d’en tenir compte lors de la recherche d’emploi. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise démarche, et encore moins de modèle parfait. L’essentiel est de faire correspondre l’image numérique que vous affichez dans vos candidatures avec ce que vous êtes. Soyez vous-même et authentique.
Votre C.V. est axé sur le marché et vous disposez d’un dossier complet? C’est un bon début. Passons maintenant à votre profil numérique. Il doit répondre aux exigences suivantes:
- Le profil sur Xing ou LinkedIn est clair, actuel et montre ce que vous savez faire, ce que vous offrez et où vous en êtes aujourd’hui (profil de compétences).
- Soulignez vos succès de manière concrète et réaliste.
- N’indiquez pas d’informations erronées; soyez franc et authentique.
- Ne vous décrivez pas de manière vague; ne soyez ni trop modeste ni trop exubérant.
- Complétez vos informations avec des liens et des contributions pour parfaire votre image (articles spécialisés, engagements bénévoles, distinctions, tâches au sein d’associations, salons et foires, blogs ou activités pertinentes en lien avec votre profession).
- Mettez-vous en contact avec des spécialistes de votre branche et des collègues; rédigez des commentaires et des avis sur des thèmes professionnels; soyez actif sur les forums.
- Soyez prudent avec des déclarations publiques à votre propre nom sur les réseaux sociaux.
- Postée sur Facebook, la fameuse photo de vous faisant la fête n’est plus aussi effrayante: c’est l’image globale qu’on a de vous qui est déterminante. Cette image deviendra par contre problématique si l’on trouve d’autres éléments «louches», comme le fait d’avoir interrompu des études, un certificat qui soulève des questions, un trou dans votre parcours ou encore des relations douteuses. À l’inverse, un profil complet et tenu à jour sur Xing ou LinkedIn, un bon commentaire ou un bon article sur un blog ainsi qu’un C.V. concret et conforme avec une lettre de motivation personnalisée donnent un côté humain à la photo pas très glorieuse sur Facebook.
- Sollicitez vos contacts pour recommander vos compétences en ligne.
- Des moteurs de recherche programmés par des algorithmes permettent d’afficher toutes vos activités sur le Web. Soyez conscient que vos commentaires, images ou publications sur Twitter, Facebook ou Instagram laissent des traces numériques qui sont examinées par les départements RH. Une recherche sur Internet permet par exemple de voir si vous êtes inscrit au registre du commerce, si vous chantez dans un chœur et de connaître toutes vos passions.

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

Le prochain numéro paraîtra le 13 décembre. Focus: Hausse des exigences