Edition 02 | 2015

Focus "Migration et intégration"

Demandeurs d’emploi très qualifiés

Lorsqu’un diplôme universitaire ne vaut plus rien

Les personnes issues de l’immigration ayant une bonne formation ont souvent beaucoup de peine à s’intégrer professionnellement. C’est pourquoi à Zurich, 200 mentors proposent leur réseau.

Par Thomas Kenner, journaliste

Nune Arakelyan, économiste, travaille aujourd’hui comme spécialiste en sécurité dans une banque suisse. (Photo: DR)

Nune Arakelyan, économiste, travaille aujourd’hui comme spécialiste en sécurité dans une banque suisse. (Photo: DR)

Ils sont parfaitement qualifiés et, pourtant, ils ont de la peine à trouver un poste approprié: des chômeurs immigrés avec un diplôme du degré tertiaire, mais aussi des Suisses de l’étranger qui rentrent chez eux. Une étude de l’Institut de sociologie de l’Université de Bâle montre que les universitaires étrangers sont en moyenne deux à trois fois plus fortement touchés par le chômage que les Suisses. Les ressortissants des Etats tiers (Etats hors de la zone UE/AELE) sont particulièrement concernés. L’organisation zurichoise «Platform Networking for Jobs» connaît la situation paradoxale des chômeurs qualifiés – bien formés et pourtant chômeurs – et les soutient depuis dix ans dans leurs démarches. Les difficultés des immigrés bien qualifiés lors de la recherche d’emploi résident avant tout dans l’absence de réseaux professionnels (la non-reconnaissance des diplômes et le manque de connaissance du marché du travail suisse sont deux autres facteurs). Les spécialistes du personnel indiquent que 70 à 80% de toutes les opportunités professionnelles découlent de réseaux personnels et locaux. Plus de 70% des entreprises suisses utilisent les relations de leurs collaborateurs pour le recrutement. Le plus souvent, les immigrés n’ont pas accès à ce réseau.

Compenser l’absence de réseau

Afin d’augmenter les chances des universitaires immigrés sur le marché du travail suisse, «Platform Networking for Jobs» mise tout sur le réseautage des personnes en recherche d’emploi. Plus de 200 mentors issus des branches les plus variées mettent leur réseau et leur expérience à la disposition des immigrés. Le succès est au rendez-vous: près de 65% des participants trouvent un travail ou du moins une place de stage. L’offre englobe conseils personnels, coaching, mentorat, évaluations, cours de langue et formations continues. Outre les mentors, «Platform Networking for Jobs» possède un pool d’entreprises qui proposent des postes, des places de stage et des programmes d’intégration. La plateforme entretient également des contacts avec la ville et le canton de Zurich. Les offres existantes sont donc exploitées et les prestations des différentes organisations sont coordonnées. Les mentors retirent eux aussi un bénéfice de leur engagement: en contrepartie de leur travail bénévole, ils se perfectionnent dans le domaine du coaching et de la communication interculturelle.

Liens et références bibliographiques

www.networking-for-jobs.ch

Encadré

L’exemple de Nune Arakelyan

Nune Arakelyan a 27 ans et est originaire d’Arménie. Elle y a étudié l’économie (spécialisation en management) et a travaillé chez HSBC. Elle est arrivée en Suisse en septembre 2011, par amour. Après son mariage avec un Suisse, elle a suivi des cours intensifs d’allemand. Elle s’est très vite sentie bien intégrée. En octobre 2012, elle s’est inscrite à «Platform Networking for Jobs» après avoir vainement cherché un poste pendant six mois. Grâce au programme d’intégration, elle a participé à différents ateliers et complété son dossier de candidature. A partir de décembre 2012, Nune Arakelyan a travaillé avec un mentor et, dès la mi-janvier 2013, elle a pu entrer en fonction comme spécialiste en sécurité dans une grande banque suisse. Son mentor lui avait transmis les principales informations sur la place vacante et avait préparé l’entretien avec elle. Bien qu’à durée déterminée, le poste constituait une opportunité idéale pour acquérir une expérience professionnelle et pour élargir son réseau. Il s’est finalement transformé en engagement fixe à durée indéterminée.

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

Le prochain numéro paraîtra le 25 octobre. Focus: Égalité des sexes