Edition 04 | 2015

MARCHÉ DU TRAVAIL

Journée du SECO

Nouveau programme, moins d’argent

Les prestataires de mesures du marché du travail doivent se serrer la ceinture: comme annoncé lors d’une journée de rencontre, le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) réduit de 10% le plafonnement pour 2016.

Par Daniel Fleischmann, rédacteur de PANORAMA

Quelque 20 mesures du marché du travail (MMT) existent en Suisse. Elles sont financées par l’assurance-chômage et constituent des offres suprarégionales pour des groupes cibles précis.

Nouveau programme pour les cadres

Le nouveau programme «Stao-intensiv» propose un outplacement pour des cadres sans emploi avec accompagnement individuel. Il a été présenté lors de la journée nationale MMT du 9 juin. Un autre programme appelé «Microcrédit Solidaire Suisse» existe depuis douze ans en Suisse romande. Il a été chargé par le SECO d’accorder des microcrédits et du coaching pour des personnes en recherche d’emploi souhaitant créer une entreprise.

Réduction malgré la forte demande

Les MMT doivent de plus en plus trouver de nouvelles sources de financement. Il est prévu de réduire le plafond financier de 10% pour 2016, alors que la demande n’a cessé d’augmenter ces dernières années. En outre, il s’agit de parvenir à une répartition des moyens plus adéquate entre tous les organisateurs en fonction des besoins dans les cantons. La transparence de la comptabilité constituera une tâche délicate. La loi sur les subventions interdit l’accumulation de réserves à l’aide de subventions. Mais en cas de besoins non budgétés ou de dépenses extraordinaires, il est possible d’adresser une demande au SECO. Par ailleurs, les organisations sont autorisées à générer des bénéfices par leurs prestations à des tiers. Un atelier consacré à la comptabilité a permis d’approfondir ce sujet lors de la journée.

Limites atteintes dans certaines régions

Toujours à cette occasion, un autre exposé a été consacré à la présentation des activités d’InnoPark Suisse. Son directeur général, Martin Geser, a précisé clairement quelles pourraient être les conséquences des réductions envisagées. Le responsable gère des listes d’attente de plus de six mois. La diversification souhaitée est rendue difficile par les moyens financiers limités de l’aide sociale et de l’assurance-invalidité; dans certaines régions, les MMT cantonales ont d’ores et déjà atteint leurs limites. Par ailleurs, les participants à la journée ont pris connaissance du projet «Allocations d’intégration professionnelle», démarche pilote de l’Office de l’économie et du travail du canton de Lucerne. Selon une décision de la Commission de surveillance de l’assurance-chômage, il doit être élargi. Pour cette raison, le SECO étudie quels autres acteurs cantonaux et privés pourraient se joindre au projet.

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

Le prochain numéro paraîtra le 13 décembre. Focus: Hausse des exigences