Edition 03 | 2015

Focus "Conseil, orientation, coaching"

Banque de données méthodologiques

Le groupe en sait plus

En Autriche, le chômage progresse fortement. Des démarches innovantes sont nécessaires. Le Service du marché du travail (Arbeitsmarktservice AMS) s’appuie notamment sur le travail en groupe et soutient les animateurs de cours à l’aide d’une banque de données méthodologiques. Cette dernière peut intéresser les conseillers en Suisse.

Par Karin Steiner, directrice de l’Institut de recherche et de conseil ABIF à Vienne

Souvent, c’est seulement en rejoignant un groupe que des personnes en recherche d’emploi réalisent qu’elles ne sont pas les seules à être touchées par le chômage. (Photo: DR)

Souvent, c’est seulement en rejoignant un groupe que des personnes en recherche d’emploi réalisent qu’elles ne sont pas les seules à être touchées par le chômage. (Photo: DR)

En Autriche, il arrive que des équipes entières doivent trouver un nouvel emploi. Lorsqu’une entreprise ou l’un de ses départements n’a plus de travail, la nervosité augmente. Que va-t-il se passer? Est-ce la fin? Ou pourrions-nous plutôt analyser ensemble toutes les compétences que nous rassemblons? Peut-être pourrions-nous les vendre sur le marché du travail afin d’être employés à 50% au moins? Ces questions ne sont en réalité pas posées mais font partie d’un jeu de simulation parfois utilisé par les personnes sans emploi en Autriche. L’idée est d’offrir une démarche ludique à des personnes qui ont vainement recherché un emploi pendant plus de six mois, en vue de promouvoir leur propre potentiel et de les aider à le valoriser sur le marché. Si une formation continue se révèle nécessaire, l’analyse doit en tenir compte et déboucher sur un plan couvrant les six prochains mois. Ce plan précise les activités à entreprendre afin de vendre les prestations communes; un prospectus publicitaire présentant cette offre fait partie de la démarche.

Modules obligatoires

En Autriche comme en Suisse, l’objectif est de voir les personnes en recherche d’emploi réintégrer le marché du travail aussi rapidement et durablement que possible. Les cours modularisés proposés par des institutions de formation externes et spécifiques aux régions jouent un rôle important en ce sens. L’objectif premier de ces cours d’orientation professionnelle et d’activation est d’élaborer un plan de carrière réaliste et de préparer les participants à un contrat de travail ou à une formation. Si le conseiller ou la conseillère de l’AMS l’estime judicieux, la participation aux modules (qui durent généralement trois jours) est obligatoire. Les personnes en recherche d’emploi qui souhaitent suivre des cours supplémentaires le peuvent aussi, la plupart du temps gratuitement. Les modules comprennent un état des lieux (chacun analyse sa situation personnelle), une analyse de ses propres potentiels ainsi que des informations sur le marché du travail (découverte de certaines professions) et une orientation personnalisée. Il existe en outre des modules destinés à acquérir des compétences telles que la gestion des conflits, du temps et du stress, les techniques d’apprentissage, des connaissances en informatique et en recherche d’emploi ainsi que des conseils pour se créer un réseau personnel. Comme la santé est souvent négligée lors des phases de chômage, des modules sur l’alimentation saine et l’entraînement physique sont également proposés. Les formations sont principalement financées par l’AMS. Ce dernier a par ailleurs élaboré à l’intention des coaches et des responsables de cours une base de données comportant actuellement quelque 600 méthodes de travail en groupe avec des personnes en recherche d’emploi. Pour faciliter la recherche de méthodes adéquates, cette base de données est pourvue d’un moteur de recherche par thèmes, groupes cibles, types d’exercices et durée des exercices. Elle est complétée par des formulaires et des catalogues de questions. Cette compilation de méthodes peut également être utile aux conseillers travaillant en Suisse. Elle a été traduite partiellement en français, en anglais et en d’autres langues dans le cadre du projet européen «Naviguide».

Jeu de rôle: gérer mentalement une crise

La méthode «Gérer mentalement le chômage – visualisation d’une crise» est un exemple d’outil qui apparaît en cliquant sur le mot clé «chômage». Cet exercice offre aux personnes en recherche d’emploi la possibilité d’illustrer visuellement leur propre situation ou de la présenter de façon métaphorique («Je me sens comme un…»). Des questions complémentaires invitent ensuite les participants à essayer de visualiser d’éventuelles solutions possibles au problème, puis à examiner si ces réponses peuvent être transposées à leur situation réelle. Par exemple, un participant a représenté la perte de son emploi par un arbre dont certaines branches sont mortes. A la question de savoir ce qu’un jardinier ferait dans cette situation, il répond qu’il élaguerait les branches mortes, entretiendrait les parties en bonne santé et donnerait de l’engrais à la plante. Cela illustre le défi posé à ce participant: il doit s’efforcer de se distancer de la perte de son emploi, qui était une partie importante de sa vie. Il doit bien prendre soin de lui-même et se concentrer sur ce qui continue d’exister. Des ressources sont proposées à cet effet dans l’exercice «Gérer mentalement le chômage – exercice d’encouragement», par exemple: les participants réfléchissent à ce qui les motive ou les soutient lors d’une telle crise. Ils se remémorent des situations gérées avec succès ou l’existence de ressources telles que la famille, les amis, un conseiller et des personnes de référence. L’exercice «Six au loto» donne aussi du courage: les participants s’imaginent qu’ils ont gagné au loto et ne devront plus jamais aller travailler pour gagner leur vie. L’étape suivante consiste à réfléchir à quelles activités ils consacreraient alors leur temps. Chaque activité exprimée (sans censure!) est inscrite sur un tableau par la ou le coach et affichée dans le local de cours. Cela incite le groupe à comparer les activités du «Six au loto» avec celles qu’ils exercent ou envisagent d’entreprendre. Les activités souhaitées sont-elles peut-être réalisables même sans avoir gagné au loto?

Les avantages du conseil en groupe

La plupart des cours s’adressent à des groupes de douze à seize personnes. Une centaine de méthodes proposées par «Naviguide» concernent des situations de groupe. En raison de la complexité croissante du monde du travail, il est effectivement nécessaire de développer ensemble et de partager les compétences relatives au marché du travail, aux professions et aux postulations. Le groupe permet non seulement d’échanger des informations, mais aussi de donner et de recevoir des échos sur sa propre personne. Souvent, c’est seulement en rejoignant un groupe que des personnes en recherche d’emploi réalisent qu’elles ne sont pas les seules à être touchées par le chômage. En outre, on estime qu’à peine un tiers de l’ensemble des postes sont officiellement mis au concours. C’est pourquoi les contacts personnels – et le savoir-faire pour les nouer, les entretenir et les utiliser lors de la recherche d’emploi – jouent un rôle si central. Pour cela, un exercice est également prévu: «Le b.a.-ba du réseautage». En raison de leurs propres schémas, de leur vécu ou d’un manque d’informations, les personnes sans emploi pensent souvent à sens unique. Il peut donc se révéler utile de développer des idées avec d’autres personnes pour trouver de nouveaux emplois. C’est ce que propose la méthode «100 (200 ou 300) nouveaux jobs et idées de business». Lors de cette démarche, le groupe se scinde en deux ou trois sous-groupes, l’idéal étant six participants par groupe. A l’aide de crayons et de papier, chacun note trois idées d’emplois ou de business. Ces feuilles sont ensuite transmises tour à tour aux cinq autres membres du groupe, qui y ajoutent leurs trois idées. A la fin, chacun reçoit toutes les propositions émises par le groupe. Le groupe offre aussi un excellent cadre pour s’exercer aux situations de postulation ou aux entretiens d’embauche. Les participants sont invités à un jeu de rôle destiné à désamorcer les effets du rapport de force souvent déséquilibré entre un candidat et le recruteur, situation marquée par des schémas traditionnels tels que soumission et réactions de défense. Un petit groupe (trois à quatre personnes) joue le rôle d’une agence de publicité qui répond à l’appel d’offres d’un bureau d’architecture (incarné par un autre groupe). Les deux groupes s’entraînent à négocier pendant dix à quinze minutes, alors qu’un troisième groupe observe la scène puis la commente. Ce jeu de rôle peut être enregistré sur vidéo et visionné par tous.

Liens et références bibliographiques

www.ams-forschungsnetzwerk.at
www.naviguide.net

Encadré

Les sept piliers de la force intérieure

La résilience est la capacité à résister psychiquement. Elle aide les individus à surmonter les crises. Pour la coach Micheline Rampe, la résilience repose sur sept piliers. La banque de données méthodologiques de l’AMS formule des suggestions quant à l’utilisation de ce concept dans le cadre des cours pour les personnes en recherche d’emploi.
1. Renforcer sa conviction que, à long terme, la vie apporte davantage de positif que de négatif et que l’être humain peut influencer tout ce qui se passe dans la vie. Optimisme.
2. La maîtrise d’une crise commence par l’acceptation de ce qui s’est passé.
3. S’orienter vers des solutions, retrouver le contrôle, définir les attentes et les objectifs, adopter des méthodes de réduction du stress.
4. Se recentrer sur ses propres ressources, interpréter la réalité de façon adéquate, abandonner le rôle de victime.
5. Etre prêt à prendre la responsabilité de ses propres actes, décider de ne pas endosser automatiquement le rôle de bouc émissaire.
6. Echanger avec les amis et les connaissances, peut-être dialoguer avec Dieu, se tourner vers le réseautage.
7. Prévoir l’avenir de façon à se protéger des aléas de la vie, développer des variantes et des visions pour le futur. (dfl)

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

Le prochain numéro paraîtra le 13 décembre. Focus: Hausse des exigences