Edition 02 | 2012

Focus "Les professions de la santé"

Evolution de carrière

Pour le personnel soignant, la réorientation est parfois difficile

L’orientation de carrière dans le domaine de la santé se déroule sous des auspices particuliers: de fréquents signes de fatigue et de nombreuses incertitudes sur les perfectionnements possibles, ou sur un changement de profession, se manifestent.

Par Susanna Langenbach, responsable de l’orientation de carrière dans le domaine des professions de la santé à Zurich.

Le personnel soignant qui consulte les services de l’orientation professionnelle du canton de Zurich n’a souvent pas planifié activement sa carrière. La consultation est un premier pas vers le changement. Parce que «ça» ne va soudain plus de soi, que l’on aimerait décider de son propre chef cette fois-ci, ou que des problèmes, physiques notamment, imposent une réorientation. Il n’est pas rare de voir des soignants de plus de 50 ans qui n’avaient jamais postulé. «Jusqu’à présent, tout allait de soi. Un coup de fil suffisait, ou alors on demandait mes services », racontent-ils.

L’équilibre énergétique en danger

Au quotidien par exemple, le nombre de tâches administratives en augmentation est vécu comme disproportionné par rapport au contact direct avec les patients. Ce dernier reste une motivation majeure à l’heure du choix de la profession. Pour que la pression en termes de travail et d’horaires ne se répercute pas sur les patients, le personnel soignant effectue des heures supplémentaires ou assume le travail de collègues. La pénurie de personnel engendre une charge supplémentaire, qui peut devenir un véritable cercle vicieux. Par ailleurs, le manque d’estime de soi peut contribuer à la perte d’équilibre énergétique et finir en démission ou en épuisement. Les conflits avec la direction, le harcèlement psychologique et les mesures non réalisées dans le domaine du développement du personnel font souvent l’objet de consultation. Dans l’optique des clients, les mesures visant à rester dans la profession sont encore évolutives, à l’instar de modèles de temps de travail plus intéressants et d’une modification de la façon de penser: finie la conception «tout le monde fait tout». Place aux profils de tâches différenciés, et à une équipe caractérisée par sa complémentarité plutôt que par son égalité. Place aux programmes destinés aux collaborateurs de plus de 50 ans refusant la réduction du temps de travail. Lors du conseil, il s’avère souvent utile d’accorder de l’attention aux facteurs d’efficacité personnelle. Le personnel soignant néglige fréquemment sa propre marge de manoeuvre, ou l’explore de manière insuffisante, pour améliorer ses conditions de travail.

Niches intéressantes: rares

Les personnes qui viennent dans notre service d’orientation s’enquièrent souvent des emplois en dehors du domaine «soins directs» et du secteur hospitalier. Et souhaitent passer des soins directs à une activité s’appuyant sur les expériences acquises, mais qui permette une autre orientation. Par exemple:

- des malades aux personnes en bonne santé (prévention)
- d’une prise en charge physique à une activité de conseil
- du travail en équipe à des horaires de travail réguliers

Les places sont rares, l’information est difficile et la concurrence avec les autres groupes professionnels est importante (p. ex. avec le travail social). Le succès requiert beaucoup de motivation, de lucidité, de force de persuasion et un profil personnel bien marqué. Option du perfectionnement Une formation continue spécifique estelle judicieuse? Le marché des offres de perfectionnement a beaucoup évolué, sur le fond et sur la forme. La vue d’ensemble est malaisée, notamment à cause du choix malencontreux de termes qui, pour les profanes, sont très proches et sèment la confusion. Le personnel soignant veut plus de transparence sur les possibilités et contenus, et savoir comment les appliquer en pratique. Quelle formation continue pour quelle fonction? Des règles claires sont réclamées, pour lesquelles la pratique n’a souvent pas de réponse. La pression des coûts est perceptible côté employeurs: seules sont financées les formations continues ayant une pertinence immédiate au quotidien. Les prestataires de formations donnent parfois des espoirs que nous devons tempérer, voire ruiner lors de la consultation.

Liens et références bibliographiques

Tout sur les formations en santé dans le canton de Zurich (en allemand).

Encadré

Orientation ciblée

Prestation de la Direction de l’instruction publique du canton de Zurich, deux conseillères orientent chaque année près de 400 personnes, dont trois quarts ont une formation en soins infirmiers. Le service réalise aussi du matériel d’information spécialisé et soutient les conseillers en orientation professionnelle pour les questions liées aux professions de la santé.
www.puls-berufe.ch

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

Le prochain numéro paraîtra le 25 octobre. Focus: Égalité des sexes