Edition 03 | 2012

FORMATION

Réflexion sur la formation des apprentis

La culture générale est utile au développement personnel

Le concept d’ECG est complexe et manque de transparence. Des idées pour le rendre plus attractif et ciblé ont été débattues lors d’une récente conférence à Aarau. Mais les visions à ce propos partent dans différentes directions.

Par Bruno Lang, responsable du secteur cours et prestations à l’Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle.

L’ECG permet aux apprentis de trouver leurs repères dans un environnement en évolution.

L’ECG permet aux apprentis de trouver leurs repères dans un environnement en évolution.

L’enseignement de la culture générale (ECG) est selon l’ordonnance sur la formation professionnelle (OFPr, art. 19) un élément à part entière de la formation professionnelle, régi au niveau national par un plan d’études cadre (valable pour presque tous les champs professionnels). L’ECG a pour but de permettre aux personnes en formation d’accéder au monde du travail, d’y rester et de s’intégrer dans la société. L’ECG «transmet des compétences fondamentales permettant aux personnes en formation de s’orienter sur les plans personnel et social et de relever des défis tant privés que professionnels» (OCMCG, art. 2). Le plan d’études cadre ECG (PEC ECG) prescrit que l’enseignement est d’une part organisé en thèmes se rapportant à la réalité personnelle, professionnelle et sociale des personnes en formation et qu’il relie, d’autre part, les deux domaines «Langue et communication» et «Société».

Un enseignement axé sur la réalité

Le défi que pose l’ECG aujourd’hui aux enseignants et aux apprentis revient régulièrement dans les discussions entre les experts de la branche. Lors d’une conférence à Aarau le 16 mars 2012, des représentants de l’Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle et des filières ECG des hautes écoles pédagogiques de Zurich et de St-Gall se sont penchés sur les atouts et points faibles de l’ECG et ont élaboré des stratégies. Largement d’accord sur l’analyse des faiblesses, leurs avis divergent quant au potentiel de l’actuel PEC ECG. Le degré d’élaboration et de faisabilité des solutions proposées est donc variable.

Une des forces majeures de l’ECG réside dans sa proximité avec les questions et problèmes rencontrés par les apprentis. Lorsque les enseignants recourent aux méthodes pédagogiques appropriées, l’enseignement peut être structuré et riche. Les champs thématiques et interdisciplinaires de l’ECG permettent aux apprentis de trouver leurs repères dans un environnement complexe, d’identifier des problèmes et des interdépendances et de maîtriser des situations exigeantes. Le succès du processus d’apprentissage se mesure à l’aptitude des jeunes à résoudre des problèmes dans différents contextes. L’apprentissage en soi passe par de nombreuses actions réfléchies. Il est axé sur des processus inductifs, partant de situations problématiques concrètes et progressant vers des connaissances générales et des instruments transférables de résolution de problèmes. L’apprentissage contextualisé est fortement axé sur la compréhension.

Mieux former les enseignants

Toutefois, le succès de ce concept d’ECG passe par le professionnalisme didactique et méthodologique des enseignants, que les écoles professionnelles doivent garantir par le biais des formations continues. Les institutions de pédagogie (professionnelle) doivent y veiller également, dans le cadre de la formation des enseignants de l’ECG.

Le principal problème mis en évidence par la conférence d’Aarau est la grande complexité du PEC ECG, et la qualité très variable de sa mise en oeuvre dans les programmes d’études des écoles. Le lien entre les domaines «Société» et «Langue et communication» semble notamment dépasser de nombreux enseignants et certains jeunes.

Deux orientations différentes

Sachant que l’actuel PEC pourrait être en principe allégé tout en étant enrichi, même si cela requiert des compétences très élevées des enseignants, les experts ont esquissé leur vision d’un concept ECG plus développé. Deux grandes orientations se dessinent: la première plaide en faveur d’un retour à l’enseignement de branches. Elle apporterait la simplification nécessaire et donnerait la possibilité aux enseignants (de branche) compétents de mettre en place un enseignement et un apprentissage efficaces et durables. L’autre orientation maintient un modèle ECG unique et moderne, mais entend en réduire la complexité. Elle vise en tout cas un apprentissage plus accentué et axé sur la compréhension. Elle ne veut abandonner ni le principe de l’orientation vers les thèmes et les actions, ni le lien entre les domaines.

A la fin de la conférence, il semblait clair à la majorité des participants que l’ECG doit être renforcé par une augmentation appropriée du nombre de leçons. Cette exigence mérite d’être entendue, même si elle risque d’être difficile à réaliser dans un futur proche, vu que la reconnaissance de l’ECG ne bénéficie pas toujours de l’attention qu’elle mériterait théoriquement.

Perspectives

Dans les ateliers, au cours des discussions et des échanges pendant les pauses et à la fin de la conférence, les profanes également ont pris conscience que l’ECG peut certainement être amélioré dans les écoles professionnelles, et que personne ne remet en cause son importance. Les enseignants ECG étaient majoritairement d’accord: la culture générale dans la formation professionnelle n’est pas seulement orientée vers un but et au service des connaissances professionnelles. Elle vise le développement de la langue et de la personnalité, donc quelque chose qui ne peut être simplement réduit à une fonctionnalité professionnelle.

Afin que l’ECG réponde à cette exigence, il doit être pratique et compréhensible. Il serait souhaitable que sa complexité soit réduite. De plus, les enseignants doivent disposer des connaissances didactiques et méthodologiques appropriées.

La conférence a clairement montré que l’ECG, qui n’est justement pas organisé comme une branche scolaire ordinaire, est thématique et interdisciplinaire. Il se réfère donc à des situations de vie et professionnelles, pose des exigences élevées aux enseignants et requiert une didactique propre. Si ces défis peuvent être relevés, l’ECG représente une chance unique pour les apprentis et a un avenir

Liens et références bibliographiques

Union suisse de l’enseignement des branches générales (allemand)

Encadré

Cycle de conférences

La 2e conférence ECG d’une série de trois s’est tenue le 16 mars 2012 à Aarau. La 1re conférence de mars 2011 entendait déterminer le sens et l’utilité de la culture générale dans le contexte de la formation professionnelle initiale. Cette année, sous le thème «un ECG allégé et important», l’accent a été mis sur cet enseignement dans les écoles professionnelles avec pour objectif de dégager des perspectives de développement. La 3e conférence du 15 mars 2013 abordera les questions et défis didactiques de l’ECG.
www.svabu.ch

Commentaire

Un enseignement humaniste

Par Pierre-Yves Puippe

Le débat autour du rôle et de la place de l’enseignement de la culture générale dans le cadre de la formation professionnelle initiale est d’actualité. Entre une volonté de donner une culture générale très large, voire académique, et le désir de mieux cibler des objectifs utilitaires, liés aux exigences pratiques de la vie en société ou à l’exercice de la profession, les positions sont très diverses.

Pourtant, ces trois heures d’ECG hebdomadaires permettent d’apporter une dimension humaniste à une formation essentiellement technique et professionnelle. L’importance de cet enseignement est difficile à évaluer: sa construction complexe, privilégiant un enseignement interdisciplinaire autour de thèmes doit permettre de devenir un adulte responsable, capable de se débrouiller aussi bien dans sa vie professionnelle que privée.

Simplifier les cours pourrait se révéler contre-productif. Différencier les objectifs de formation selon les apprentissages serait plus utile; trop ambitieux, ils sont difficiles à atteindre pour certains apprentis; mal ciblés, ils conviennent mal aux jeunes en formation dans des professions comme celles de la santé. Pour relever le défi de cet enseignement par thèmes – qui doit aborder des questions juridiques, éthiques, économiques, etc. – il faut améliorer la formation des enseignants. Eux aussi doivent abandonner le schéma d’un enseignement par branche. Face aux volontés utilitaristes de ceux qui veulent diminuer la part de l’ECG, il convient d’expliquer le rôle de cette branche. Dans cet esprit, il est souhaitable qu’elle soit évaluée. L’évaluation mettrait en évidence les apports de cet enseignement et montrerait comment la culture générale s’inscrit dans le système de la formation, grâce à sa prise en compte par les formations professionnelles supérieures.

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

Le prochain numéro paraîtra le 13 décembre. Focus: Hausse des exigences