Edition 04 | 2012

FORMATION

Filières AFP

Quelles compétences pour soutenir et accompagner les apprentis?

L’enseignement et l’encadrement individuel spécialisés dans les filières de formations initiales de deux ans avec attestation exigent des maîtres des compétences liées non seulement à l’enseignement, mais aussi à l’individualisation du soutien pédagogique et psychosocial.

Par Magali Feller, responsable du projet Formation continue «Soutien et accompagnement en formation professionnelle initiale» à l’Institut fédéral des hautes études pour la formation professionnelle (IFFP).

Les soutiens aux apprentissages des jeunes en filières Attestation fédérale de formation professionnelle (AFP) tiennent compte de deux éléments, mentionnés par la loi et l’ordonnance sur la formation professionnelle: une prise en compte élargie de l’ensemble des facteurs faisant obstacle à l’apprentissage (et non seulement les facteurs scolaires), et une individualisation du soutien. Dans la pratique, ces dimensions se traduisent par des classes à effectifs réduits permettant le soutien durant les cours, des plages horaires prévues pour l’appui pédagogique individuel ou en petits groupes, la prise en compte et le suivi des problématiques psychosociales et sanitaires, ou encore la création de parcours individualisés. Ces mesures sont prises par les enseignants et par d’autres acteurs de l’établissement, ou extérieurs à l’établissement.

S’adapter à chaque apprenti

Selon les discussions menées lors de formations à l’IFFP et lors de la Journée nationale de l’encadrement individuel spécialisé du 16 mars 2012 à Berne, les personnes intervenant dans les filières AFP définissent ainsi leurs domaines de compétences:

- le diagnostic des difficultés d’apprentissage (d’ordre cognitif ou psychosocial),
- le soutien pédagogique
- une didactique adaptée au public,
- la collaboration avec d’autres professionnels (infirmiers assistants sociaux, éducateurs, etc.)
- la communication (l’écoute active).

Dans les filières AFP, une inversion des priorités est souvent observable: la matière enseignée passe au second plan, en faveur de l’apprentissage ou plutôt de l’ensemble des facteurs dont il faut tenir compte pour surmonter les obstacles à l’apprentissage. Les problématiques variant avec chaque apprenti, l’enseignement ou l’accompagnement s’adapte sans cesse à leurs besoins. Ce n’est pas un rêve de pédagogue, mais bien ce que ces enseignants font en maîtrisant de nombreux champs de compétences, en étant capables de les mobiliser suivant les situations et en adaptant leur activité aux besoins de la classe et des apprentis. Si cette compétence avait un nom, ce serait «expérience».

Autoriser une parole relative au confort de l’enseignant

Si certains enseignants jonglent avec aisance pour s’adapter dans l’espacetemps d’une période d’enseignement, d’autres anticipent et font preuve de créativité dans des dispositifs mis en place pour la classe ou pour un apprenti. Dans ces cas-là, l’ouverture et le soutien de la direction de l’établissement sont déterminants. Un autre aspect de l’enseignement est souligné par une enseignante: le public des filières AFP est «un public avec lequel la dimension affective de l’apprentissage ne peut être occultée».

Il arrive que ces apprentis aient déjà subi de nombreux échecs et qu’ils soient plus enclins que d’autres à chercher une reconnaissance et un encouragement dans le regard de leur enseignant. Dans un contexte où accomplir sa mission est complexe, une autre enseignante souligne qu’un outil pédagogique doit aussi avoir la qualité de: «permettre de préparer un cours facilement». Il importe d’autoriser une parole relative au confort de l’enseignant et à son revers, la pénibilité d’un travail, qui aussi passionnant soit-il, peut user toute personne qui s’y engage pleinement.

A l’image de l’enseignement dans les filières AFP, les formations continues des enseignants nécessitent une adaptation constante de la part des formateurs pour répondre aux exigences des professionnels de ces filières. Ici aussi la matière enseignée passe au second plan, elle joue le rôle de porte d’entrée pour décrire les pratiques, partager les savoir-faire et, à partir de là seulement, envisager différentes approches pédagogiques, didactiques, relationnelles dans la complexité des situations réelles. Autrement dit le rôle des formateurs est principalement d’accompagner la consolidation de l’expérience.

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

Le prochain numéro paraîtra le 13 décembre. Focus: Hausse des exigences