Edition 04 | 2012

FORMATION

Des études étroitement liées à la pratique

Formations duales dans les hautes écoles

Depuis les années 70, l’Allemagne compte des filières d’études duales alliant formation en haute école et pratique en entreprise. Ce type de formation est de plus en plus apprécié des étudiants et des entreprises.

Par Jochen Goeser, chef du projet «Ausbildung Plus» à l’Institut fédéral allemand sur la formation professionnelle (Deutsches Bundesinstitut für Berufsbildung, BIBB).

Ce que les entreprises apprécient particulièrement chez les étudiants en formation duale, c’est qu’ils connaissent bien les procédures internes et sont capables de travailler de manière autonome.

Ce que les entreprises apprécient particulièrement chez les étudiants en formation duale, c’est qu’ils connaissent bien les procédures internes et sont capables de travailler de manière autonome.

La filière d’études duale désigne une filière suivie dans une haute école et intégrant une formation professionnelle ou des phases pratiques en entreprise. Ce modèle de formation est né dans les années 70 dans le Bade-Wurtemberg. Les entreprises souhaitaient à l’époque compléter la formation académique de la relève de main-d’oeuvre par une composante pratique importante. Une filière d’études duale se distingue d’un cursus classique par un lien étroit avec la pratique, lequel varie en fonction de la filière et de la haute école. Les deux lieux de formation, haute école et entreprise, sont caractéristiques car la pratique professionnelle et les études sont harmonisées sur le plan organisationnel et des contenus. La littérature spécialisée recense quatre types de filières d’études duales:

- Les filières d’études intégrant la formation associent le cursus académique à une formation professionnelle reconnue. Les phases d’études et la formation professionnelle sont harmonisées au niveau du calendrier et du contenu. L’enseignement à l’école professionnelle est condensé, voire entièrement assuré par la haute école. Les étudiants acquièrent donc, outre le diplôme de fin d’études (en général un bachelor), un deuxième diplôme reconnu de la formation professionnelle.
- Les filières d’études intégrant la pratique combinent les études avec des phases pratiques relativement longues en entreprise ou une activité professionnelle à temps partiel. Ces phases pratiques ou cette activité à temps partiel sont effectuées par journées ou sur de plus grandes périodes. Les contenus de la formation dans la haute école et lors de la formation pratique sont étroitement liés. L’inscription à une filière de ce type requiert un lien contractuel avec une entreprise, le plus souvent sous la forme d’un contrat de travail ou de stage.
- Les filières d’études intégrant la profession combinent des études avec une activité professionnelle à temps partiel. Ce modèle présente lui aussi un lien entre les contenus du cursus académique et de l’activité professionnelle.
- Les filières d’études en cours d’emploi ressemblent aux filières d’études à distance. La formation est suivie à côté d’une activité professionnelle à plein temps, le plus souvent sous forme individuelle avec des séminaires d’accompagnement. Contrairement aux études à distance habituelles, qui relèvent la plupart du temps de la seule responsabilité de l’étudiant, les filières d’études en cours d’emploi sont soutenues par une contribution de l’entreprise favorisant l’apprentissage. Celle-ci peut par exemple libérer le collaborateur lors des phases de présence ou mettre des outils à sa disposition.

Première formation

Les filières d’études duales intégrant la formation et la pratique sont des offres de première formation. Elles sont les plus nombreuses. Les filières intégrant la profession et celles en cours d’emploi constituent des offres de formation continue à des fins professionnelles. L’offre est plus ou moins développée selon les régions. Les Länder du Bade- Wurtemberg et de la Rhénanie-du- Nord-Westphalie comptent le plus de filières duales (respectivement 236 et 198 filières). La Bavière a enregistré en 2011 une augmentation de 88% par rapport à l’année précédente (126 filières). Les Länder de Saxe (77 filières), de Hesse (70 filières) et de Basse-Saxe (65 filières) affichent également une offre importante.

Les disciplines correspondent étroitement aux besoins en personnel des entreprises. L’économie d’entreprise occupe ainsi la première place dans l’offre d’études, suivie par l’ingénierie, la mécanique, l’ingénierie de procédés, l’électrotechnique et l’informatique. Les entreprises partenaires sont majoritairement issues du commerce et de l’industrie et comptent en général plus de 100 collaborateurs.

Au total, le nombre de filières d’études duales a progressé d’environ 20% en 2011, après une augmentation de 12% en 2010. Le nombre d’entreprises proposant des places d’études duales en collaboration avec des hautes écoles a lui aussi explosé, passant à plus de 40 000 offres en 2011, soit 46% de plus que l’année précédente. En tout, 61 000 «places d’études duales» sont mises à disposition par les entreprises.

Ces offres sont recensées dans la base de données du projet «Ausbildung Plus» de l’Institut fédéral allemand sur la formation professionnelle (BIBB). Les filières d’études duales constituent un des objets de recherche de ce projet. Mais l’inscription dans la base de données étant facultative, le nombre effectif de places d’études est sans doute nettement supérieur à ces chiffres. La part de filières d’études duales reste toutefois limitée par rapport au nombre total de places d’études: la Conférence des recteurs des hautes écoles a indiqué que plus de 716 000 étudiants étaient inscrits dans des hautes écoles spécialisées (HES) allemandes au semestre d’hiver 2010/2011.

De brillantes perspectives

La forte croissance du nombre de filières d’études duales atteste qu’elles sont prises au sérieux par l’économie, qui y voit une possibilité de former du personnel hautement qualifié en fonction des besoins. Les chiffres reflètent également le renforcement de la concurrence autour des talents. Selon Friedrich Huber Esser, président du BIBB, «les entreprises qui participent à ces offres de formation attrayantes bénéficient d’un net avantage concurrentiel.»

Les diplômés des filières duales ont par ailleurs de brillantes perspectives professionnelles, comme l’a montré une enquête du BIBB auprès de plus de 1400 entreprises concernant l’évolution du besoin de qualification dans les entreprises, la qualité des offres d’études duales et l’utilité des diplômes acquis par ce biais. 45% des entreprises ont indiqué engager tous les diplômés à la fin de la formation. 27% souhaitent garder les trois quarts des étudiants formés avec succès chez elles.

L’évaluation des filières d’études duales par les entreprises a été très positive. 97% des entreprises interrogées sont «très satisfaites» ou «satisfaites» de ce modèle de qualification de la relève de main-d’oeuvre. Environ deux tiers indiquent que ces filières sont «nettement meilleures» ou «meilleures» que le cursus classique. Selon les entreprises, les étudiants d’un modèle dual se distinguent de ceux ayant emprunté la voie classique par leurs «bonnes connaissances des processus d’entreprise», leur «aptitude à travailler de manière autonome » et leur «forte motivation individuelle ».

Peu d’élus

Pour réussir l’une de ces filières de formation, l’étudiant doit évidemment avoir son baccalauréat et le droit d’entrer dans une HES. Mais il doit aussi faire preuve de discipline, savoir gérer son temps et être très motivé. La maîtrise de vastes contenus théoriques et pratiques en un temps relativement court représente en effet un réel défi. Le choix des candidats par les entreprises est donc très strict. Elles recourent souvent à la méthode de l’«Assessment-Center» pour dénicher les personnes les plus prometteuses et, ultérieurement, pour assurer la relève de cadres. La demande pour ce type d’études est très élevée du côté des étudiants, car il présente de nombreux avantages, tels que de bonnes perspectives professionnelles et la possibilité d’acquérir deux diplômes, sans oublier la participation financière de l’entreprise à la formation.

Le grand intérêt suscité par ces offres d’études, tant du côté des entreprises que des jeunes, laisse présager une forte augmentation en 2012 dans le domaine des filières de première formation. Il sera intéressant de constater si les offres de la formation continue à des fins professionnelles développeront une dynamique semblable à celle des filières d’études intégrant la profession et celles en cours d’emploi, en particulier en vue de l’obtention des titres master

Liens et références bibliographiques

Les filières d’études duales et les entreprises formatrices sont énumérées dans la banque de données de «Ausbildung Plus» (en allemand seulement)

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

Le prochain numéro paraîtra le 25 octobre. Focus: Égalité des sexes