Edition 04 | 2012

Focus "Cleantech"

Edito: Après l’euphorie, retour à la normale

L’administration, la politique et l’économie ont leur vocabulaire de prédilection pour parler réchauffement climatique et gaspillage des ressources: stratégie énergétique, tournant énergétique, analyse de potentiel ou encore Masterplan Cleantech.

Michael Fritschi, Rédacteur en chef

Michael Fritschi, Rédacteur en chef

Lorsqu’ils utilisent des méthodes respectueuses de l’environnement, les fabricants se placent volontiers dans la mouvance «cleantech» et ajoutent l’adjectif «environnemental » à leur profession. Ces envolées sémantiques rappellent les débuts euphoriques d’Internet. Mais saluons l’ouverture de l’industrie et des organisations de l’économie au problème climatique, ainsi que leurs efforts pour améliorer l’efficience énergétique, au-delà des obligations légales.

Une branche des technologies propres est-elle vraiment en train de se constituer? Aucune étude ne l’a démontré. Il semble plutôt que le «cleantech» touche l’ensemble des professions et des entreprises, qui devront tôt ou tard produire en ménageant les ressources. Il s’ensuit un grand potentiel pour le développement du marché du travail dans une société du savoir comme la Suisse. Cette évolution profite largement des formations professionnelles intégrant l’économie verte dans les processus de travail. (Une similitude apparaît ici aussi avec les nouveaux médias, dont l’utilisation n’a épargné presque aucune formation ou activité, et où le manque de spécialistes se fait actuellement ressentir.) Les articles de notre «Focus Cleantech» éclairent donc la discussion actuelle, avec des aspects particulièrement dignes d’intérêt pour le marché du travail, la formation et l’orientation professionnelles.

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

Le prochain numéro paraîtra le 25 octobre. Focus: Égalité des sexes