Edition 05 | 2012

MARCHÉ DU TRAVAIL

Intégration professionnelle

Au seuil du marché primaire du travail

Pour la réinsertion professionnelle, Valtex Multiservice se situe entre le premier et le deuxième marchés du travail. L’entreprise sociale dirigée par le Centre Régional Travail et Orientation de Monthey accepte les risques économiques.

Par Christian Sermier, chargé de développement et de communication au Centre Régional Travail et Orientation de Monthey

Le CRTO offre avec Gastrovert des emplois salariés pour faciliter la réinsertion des demandeurs d’emploi.

Le CRTO offre avec Gastrovert des emplois salariés pour faciliter la réinsertion des demandeurs d’emploi.

Valtex Multiservice, l’une des quatre structures du Centre Régional Travail et Orientation (CRTO), a été constituée en société anonyme en juin 2012. Objectifs: créer des emplois salariés reconnus par le Seco comme donnant droit aux prestations des assurances sociales. Et surtout offrir le cadre de travail d’une entreprise à ceux qui sont menacés d’exclusion. Cette nouvelle structure regroupe désormais toutes les activités commerciales du CRTO et produit des biens et services destinés au marché. Elle assume une prise de risque économique significative: pour s’autofinancer, elle doit développer des activités rentables.

L’innovation crée des emplois

Valtex Multiservice offre de longue date des postes de travail dans la filière du textile. En 2011, 950 tonnes de textiles ont été triés, lavés, repassés, retravaillés, et en partie mis en vente dans les boutiques de seconde main «Créature». Plus récemment, la société anonyme a aussi créé de nouveaux emplois grâce à une activité innovante, déployée en collaboration avec l’usine d’incinération Satom dans le Chablais. Gastrovert consiste à récolter les déchets organiques des cuisines professionnelles de la région pour les acheminer vers le centre de méthanisation de Villeneuve, et les valoriser par la production de biogaz, d’énergie électrique verte, de chaleur et de compost. D’autres emplois seront créés prochainement dans un tout autre secteur, celui d’une cuisine collective assurant les repas des élèves d’un établissement scolaire voisin de l’entreprise.

La lutte contre l’exclusion professionnelle ne permet plus de se cantonner à des marchés économiques résiduels et non concurrentiels. Tant l’assurancechômage que l’AI et les services sociaux ont pour priorité le retour à l’emploi de leurs bénéficiaires sur le premier marché du travail. La nouvelle structure Valtex Multiservice s’inscrit dans cette logique, en proposant les deux faces d’une mesure d’insertion efficace: un positionnement sur le premier marché du travail, avec les incitations salariales et les contraintes productives qu’il comporte, mais aussi la fourniture d’une expertise pédagogique conforme à des standards professionnels élevés, ce dont les entreprises traditionnelles ne peuvent se prévaloir.

Une alternative à la réduction des ressources

Cette orientation s’est aussi imposée en raison des évolutions légales, cantonales et fédérales, en matière d’assurances sociales, ainsi que des réductions budgétaires en cours. Malgré cela, les demandes de prise en charge faites par les ORP, l’AI et les services sociaux ne faiblissent pas. Le CRTO cherche donc à faire plus avec moins de moyens publics. Grâce à l’autofinancement de Valtex Multiservices, il peut poursuivre en parallèle les activités traditionnelles de ses trois autres structures:

- Passerelle, prestataire de programmes d’emplois temporaires, accueille annuellement près de 500 personnes, pour une centaine de places de travail réparties sur 13 secteurs d’activité.
- Monac, entreprise de pratique commerciale, reçoit près de 70 stagiaires par année.
- Semo, premier semestre de motivation de Suisse, favorise depuis 1995 la transition de jeunes de l’école vers le monde du travail.

Aujourd’hui un défi aigu impose aux responsables du CRTO de garantir le volume des prestations en faveur des demandeurs d’emploi de provenance diverse et aux besoins multiples, sans en prétériter la qualité.

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

Le prochain numéro paraîtra le 13 décembre. Focus: Hausse des exigences