Edition 05 | 2012

MARCHÉ DU TRAVAIL

Série «ORP sous la loupe»

La satisfaction de l’équipe comme recette gagnante

Deux ORP, de taille moyenne et représentatifs de la Suisse, présentent de fortes disparités dans la pratique et la gestion de leurs collaborateurs.

Par Viktor Moser

Morges

Un bon esprit d’équipe renforce l’efficacité
Depuis l’été dernier dans le canton de Vaud à l’exception de Lausanne, c’est le personnel administratif qui procède à l’inscription des demandeurs d’emploi, et non plus les conseillers ORP. Ce changement a nécessité une ample réorganisation. Pour la responsable de l’ORP, Joanna Camandona, les avantages sont évidents: «Les processus sont plus rapides. L’inscription se déroule lors de la journée suivant l’annonce.» Pour l’heure à Morges, il faut compter en moyenne quatre jours jusqu’au premier entretien. Mais tous les demandeurs d’emploi n’amènent pas les documents nécessaires. La personne dont le dossier de candidature est incomplet ou qui n’en a pas suit une mesure de marché du travail. Quand seules des améliorations de détail sont nécessaires, l’entretien avec le conseiller suffit.

Outre l’inscription, le canton de Vaud a aussi centralisé la collaboration interinstitutionnelle. Un professionnel clarifie au cas par cas quelle est l’instance responsable et la forme concrète à donner à la collaboration. Grâce à cette gestion des cas, les critères de décision gagnent en transparence. Le bon esprit d’équipe parmi les chefs ORP du canton constitue la base de l’excellente collaboration entre les différents offices. Cette position facilite les solutions communes. Les 16 conseillers de l’ORP de Morges ne se répartissent pas le travail par secteur. Joanna Camandona explique pourquoi: «Les dossiers sont répartis également, et les conseillers sont motivés parce que leur quotidien est très varié à cause du large spectre professionnel de leurs assurés.» Deux conseillers sont toutefois spécialisés dans les contacts avec les employeurs. Ils prospectent les offres d’emploi, expliquent aux responsables des entreprises ou du personnel les prestations de l’ORP et informent leurs collègues deux fois par semaine sur le nombre et les exigences des postes au concours. Parallèlement, ils continuent de conseiller des demandeurs d’emploi pour ne pas «perdre la main».

Zurich Staffelstrasse

Permettre une liberté d’action
Un point de vue économique et une orientation client sont les piliers de la philosophie du chef ORP Rolf Gross, ancien directeur des ventes de Coca-Cola Suisse. Le demandeur d’emploi annoncé à l’ORP de Zurich Staffelstrasse y a son premier entretien dans les cinq jours. Peu après son entrée en fonction il y a six ans, Rolf Gross a instauré des ateliers internes animés par des spécialistes. Ils traitent de questions ouvertes, et transmettent les enseignements de la théorie de l’organisation sur les processus de travail au sein de l’ORP. Six mois après le premier atelier, l’identification à la tâche, la motivation, la conscience des résultats et donc l’efficacité s’en sont trouvées renforcées chez les conseillers.

Rolf Gross sait que le potentiel de son équipe est un facteur primordial de succès. L’une de ses phrases clés est: «Je veux faire valoir les compétences de mes collaborateurs.» Parmi les 20 conseillers, de nombreux responsables assument des tâches spéciales. L’échange en sous-groupes contribue à renforcer l’efficacité. Son principal objectif est de «permettre une liberté d’action, reconnaître les compétences individuelles et éviter le risque d’épuisement professionnel».

Les contacts avec les employeurs ont une très grande importance. Dans chaque sous-groupe, un conseiller à la clientèle spécialisé y consacre la moitié de son temps de travail. De plus, des événements avec des employeurs sont régulièrement organisés avec deux autres ORP, auxquels participent plus de 300 personnes. Dans le très urbain ORP de Staffelstrasse, la part de personnes difficiles à placer et présentant des problèmes multiples a augmenté ces trois dernières années, de sorte que la collaboration interinstitutionnelle gagne en importance. Interrogé sur son objectif principal, Rolf Gross répond: «Fournir une contribution pour que le canton de Zurich continue d’obtenir de bons résultats dans le service public de l’emploi.»

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

Le prochain numéro paraîtra le 25 octobre. Focus: Égalité des sexes